La Noyade

publié le 05 octobre 2018

Comment définir la Noyade ?

 

Elle correspond à une détresse respiratoire due à l’immersion* ou submersion* des voies aériennes de la victime.
Une victime peut mourir ou survivre sans ou avec de graves séquelles.

 

*immersion : la face de la victime est recouverte par de l’eau ou un autre liquide
*submersion: tout le corps de la victime est sous l’eau

 

On distingue trois types de noyades:

Tout d’abord, la noyade primaire ou « vraie noyade » est une asphyxie due à la submersion des voies aériennes (autrement dit le noyé bleu). Elle se décompose en 4 étapes chronologiques (du moins grave au plus grave pour l’état de la victime) :

 

– l’aqua-stress
– la petite hypoxie
– la grande hypoxie
– l’anoxie

 

Les causes peuvent être accidentelles (se retrouver dans un endroit sans savoir nager) ou volontaires (tentative de suicide)…

Ensuite, on parle de noyade secondaire ou « fausse noyade ». Elle arrive suite à un accident syncopal ou lors d’une perte de connaissance (autrement dit le noyé blanc).

Les causes sont multiples (maladies, allergies, traumatismes ou hydrocution…).

 

Enfin, un troisième type de noyade, moins connu du grand public, est la noyade sèche. Elle survient très souvent lors d’un aqua-stress de la victime qui inhale alors de l’eau. Cette faible quantité d’eau vient perturber les échanges gazeux dans les alvéoles pulmonaires pouvant entraîner de graves complications jusqu’à 72h après la baignade. (voir article sur la noyade sèche sur notre blog).

 

Elle reste peu fréquente et touche essentiellement le jeune public.

 

Quelques statistiques récentes et actuellement encore en cours d’étude venant de l’Institut National de la Veille Sanitaire (INVS) :

 

Du 1er Juin au 30 Août 2018, 2255 noyades ont été recensées avec pas moins de 492 décès soit un ratio impressionnant de 5,40 morts par jour sur la période estivale !

 

Cette étude distingue pour le moment que 52% des noyades sur cette période seraient accidentelles et 5% intentionnelles. Il en resterait donc 43% encore à l’étude pour déterminer l’origine.

 

Enfin d’une manière générale, les principaux endroits où ont lieu ces accidents sont dans la bande des 300 mètres en mers/océans et lors de baignades dans des piscines privées ou d’ordre familiale.

 

Il est donc important de surveiller ses enfants en bas âge, de se baigner de préférence dans des lieux surveillés, de ne pas s’aventurer hors des zones de baignade ou lors de conditions météorologiques difficiles et enfin respecter ses capacités physiques personnelles.

 

L’accident est si vite arrivé et les conséquences sont très souvent tragiques.