La Noyade sèche

publié le 20 juillet 2017

Comment définir une noyade ?

D’après le référentiel « Recommandations Premiers Secours » du ministère de l’Intérieur, une noyade peut-être définie comme une détresse respiratoire due à l’immersion ou à la submersion de la victime. Il en existe deux types :

  • la noyade humide (la plus connue)
  • la noyade sèche

Qu’est-ce que la noyade sèche ?

En réalité, la noyade sèche intervient lorsque quelques cuillères d’eau se retrouvent dans les poumons d’un enfant. Après quelques heures (maximum 72h après la dernière baignade), l’eau accumulée irrite les poumons qui sécrètent des fluides. L’enfant s’étouffe alors dans ses propres sécrétions. Elle causerait une dizaine de décès chaque année en France.

Phénomène méconnu du grand public qui touche d’avantage les enfants que les adultes, la noyade sèche est plus rare certes que la noyade humide, mais il est nécessaire de prendre de grandes précautions afin d’identifier les signes pour la reconnaître.

Quels sont les signes ?

Pour le Dr Daniel Rauch, un pédiatre du New York University Langone Medical Center, il y a 3 signes d’avertissement qui doivent être repérés et connus par tous les parents :

  • une difficulté à respirer,
  • une fatigue extrême
  • un changement drastique de comportement

Tous ces signes sont le résultat de la réduction du débit d’oxygène dans le cerveau.

Les enfants qui souffrent de noyade sèche se montrent léthargiques, irritables. Ils toussent, leur respiration devient sifflante et difficile et des bulles sortent de leur bouche. Dr Daniel Rauch ajoute : « Si vous constatez ces 3 signes chez votre enfant après une baignade, n’hésitez pas, emmenez-le au plus vite à l’hôpital ».