La crise d'épilepsie

publié le 16 décembre 2018

Qu’est-ce que la crise d’épilepsie ?

 

C’est une maladie neurologique qui se traduit par une activité électrique anormale du cerveau qui entraîne une perturbation temporaire de la communication entre les neurones.

 

 

On distingue deux grandes types de crises d’épilepsie :

  • les crises partielles qui touchent une seule région du cerveau. La victime peut-être consciente lors de la crise ou sa conscience peut se retrouver altérée, dans ce cas précis, elle ne se souviendra pas de ses convulsions.
  • les crises généralisées qui affectent toutes les régions du cerveau. La victime perd alors connaissance durant la crise.

NB: Il arrive qu’une crise d’abord partielle se diffuse à l’ensemble des régions du cerveau et devienne ainsi généralisée.

 

 

Qui sont les plus touchés ?

 

Ce sont les enfants, les adolescents et les personnes âgées. Les raisons sont dans certains cas d’origine génétique mais dans la plupart des cas rencontrés, la cause n’est pas expliquée. En effet, 60% des crises d’épilepsie, d’après les médecins, n’ont pas une origine connue.

Néanmoins, les personnes qui ont subi un traumatisme crânien, un accident vasculaire cérébral, une tumeur cérébrale ou qui eu une méningite, le sida, un sevrage à une drogue ou enfin un surdosage médicamenteux voient leurs chances de réaliser une crise d’épilepsie s’accroître.

 

Les conséquences ?

 

Les crises peuvent entraîner des blessures corporelles si la personne perd le contrôle de ses mouvements. Les individus atteints d’épilepsie peuvent subir des séquelles psychologiques importantes. Les crises prolongées ou qui ne se concluent pas par un retour à l’état normal doivent absolument être traitées d’urgence. En effet, certaines zones du cerveau manquent d’oxygène, les conséquences peuvent être donc irréversibles.

 

Que faire ?

 

Lors d’une crise d’épilepsie, des convulsions peuvent apparaître. Même si cela peut être impressionnant, laissez la victime convulser et essayez de protéger l’environnement qui se trouve autour d’elle afin d’éviter quelconques blessures.

Si la victime a perdu connaissance et respire, il est nécessaire et vital de la placer en position latérale de sécurité. En cas d’absence de respiration, il faudra attaquer une réanimation cardio-pulmonaire.

 

Dans tous les cas, notez l’heure de survenue et la durée de la crise avant d’appeler les secours.

 

Enfin, rester au près de la victime si elle vous parle tout en la rassurant. Essayer de la questionner sur ses antécédents médicaux et ses éventuels traitements et allergies. Constater éventuellement la présence d’urine, de sueurs, si elle s’est mordue la langue ou non avant de transmettre ces informations au SAMU (15).